Actualités

  • Les vampires modernes

    « Il n’y a pas d’étranges créatures, seulement des gens ignorants. » Les Animaux fantastiques : Les Crimes de Grindelwald, Norbert Dragonneau

  • Les nains dans la fantasy

    « On prétend que l’art des Nains réside plutôt dans leurs mains que dans leur langue, mais ce n’est pas vrai pour Gimli. Car nul ne m’a jamais présenté requête aussi hardie et pourtant aussi courtoise. » J.R.R. Tolkien, Le Seigneur des Anneaux : La communauté de l’Anneau, 1954
  • Parlons conseils d’écriture

    « Il faut avec les mots de tout le monde écrire comme personne. » Colette.

    Comment construit-on une bonne histoire ? Comment apprend-on à écrire un roman, un poème, une nouvelle, ou ne serait-ce qu’un personnage ? Faut-il lire des livres spécialisés sur le sujet ? Faut-il lire des livres tout court ?

  • L'univers étendu d'Assassin's Creed

    « Ta lame ne versera pas le sang d'un innocent.

    Montre-toi, mais reste invisible.

    Jamais tu ne mettras la Fraternité en danger. » 

    Credo des Assassins

  • L’univers de J.R.R. Tolkien

    « La magie n’opère que si l’on veut bien consentir à se laisser emporter par Elle. » John Ronald Reuel Tolkien

    Il n’est sûrement de magie plus puissante que celle de l’imagination ; cette imagination qui nous pousse à inventer des mondes, à créer des personnages, à tisser des histoires dont les liens s’allieront les uns aux autres pour former un univers complet et riche, palpitant et grandiose.

  • L’Univers d’Harry Potter

    « Ce sont nos choix, Harry, qui montrent qui nous sommes vraiment, beaucoup plus que nos aptitudes. » J.K. Rowling, Harry Potter et la Chambre des secrets

  • La bit-lit

    Bit pour mordre, lit pour littérature. Une interprétation nous venant tout droit des éditions Bragelonne, qui en a déposé la marque. En anglais, bit-lit veut dire littérature numérique ou littérature assistée par ordinateur.

  • Les remakes Disney

    « Deuxième étoile à droite et tout droit jusqu’au matin. » Peter Pan, James Matthew BarriePour nombre d’entre nous, les films d’animation Disney ont bercé notre enfance.
  • L'imaginaire et le féminisme

    « Je ne fus pas étonnée du portrait qu'on y faisait de moi : la fière sorcière s'avouant vaincue devant l'épée du héros, s'agenouillant et demandant grâce.

    Il semble que punir les femmes soit le passe-temps favori des poètes. Comme s'il ne pouvait pas y avoir d'histoire à moins que nous ne rampions en pleurant. » Madeline Miller, Circé

  • Entretien avec LilieGraphiste

    Bonjour Les Titanides, ravie de vous retrouver ici ! J’ai commencé mon parcours en Arts appliqués dès le lycée et je l’ai poursuivi avec trois années de graphisme. J’ai eu l’occasion de travailler dans le web et en agence de com, mais j’ai très vite rejoint le monde de l’imprimerie et du papier. Riche de mes expériences créatives et techniques, ça fait maintenant 10 ans que je travaille dans l’édition. Et nouvellement, je me lance en solo pour quelques projets bien choisis !
  • Le mépris des lectures de l’imaginaire

    « Nous lisons pour connaître la fin, pour l’histoire. Nous lisons pour ne pas atteindre cette fin, pour le seul plaisir de lire. Nous lisons avec un intérêt profond, tels des chasseurs sur une piste, oublieux de ce qui nous entoure. Nous lisons distraitement, en sautant des pages. Nous lisons avec mépris, avec admiration, avec négligence, avec colère, avec passion, avec envie, avec nostalgie. Nous lisons avec des bouffées de plaisir soudain, sans savoir ce qui a provoqué ce plaisir. » Alberto Manguel, Une histoire de lecture
  • La fanfiction

    « La fanfiction est ce à quoi la littérature pourrait ressembler si elle était réinventée de rien par un groupe de drogués à la pop-culture brillants, enfermés dans un bunker scellé. Ils ne font pas ça pour l’argent. Il ne s’agit pas de ça. Les auteurs écrivent des fanfictions et les partagent en ligne simplement pour la satisfaction. Ils sont fans, mais ils ne sont pas des consommateurs silencieux des médias, assis sur leur canapé. La culture leur parle, et ils répondent à la culture dans sa propre langue. » Lev Grossman